« Vert » un tourisme plus écologique au Québec [Solutions]

(Crédit photo : Aventure Écotourisme Québec)

Le tourisme est souvent critiqué comme étant une activité polluante, dérangeante et nuisible autant pour les écosystèmes que pour les résidents qui demeurent dans des endroits touristiques. Ainsi, cette vision du tourisme brime la réalité de ce qu’il peut réellement être. Pourtant, il existe désormais de plus en plus de façons de pratiquer des activités touristiques plus respectueuses des gens et de l’environnement : l’écotourisme cherche à trouver sa place dans l’offre québécoise.

« L’écotourisme est une forme de tourisme et également un type de produit touristique, donc c’est un produit en nature qui met en application les composantes du développement durable, en termes d’harmonie avec la nature, du respect de la culture locale et c’est également viable au niveau économique », explique Maurice Couture, cofondateur de Kokopelli Consultants, une firme qui donne vie à des projets de tourisme durable et de tourisme autochtone. Selon Monsieur Couture, l’écotourisme est également une forme d’éducation et d’interprétation de la nature pour les voyageurs qui optent pour ce type de séjours. Ils peuvent alors pratiquer différentes activités qui permettent de préserver l’intégrité des milieux, que ce soit le kayak, une promenade en traîneau à chiens ou encore, une promenade en forêt.

Au Québec, plusieurs organismes sont au service des entreprises qui pratiquent l’écotourisme. Stéphane Jeannerot, responsable du développement des entreprises chez Aventure Écotourisme Québec, explique que le rôle de son organisme est de regrouper les 139 entreprises membres qui offrent des excursions guidées de nature et d’aventure et de s’assurer de la qualité et de la sécurité des services, à l’aide d’une norme, qui permet de les accréditer. À cette norme de qualité et de sécurité s’ajoute une autre, spécifique pour l’écotourisme, précise Monsieur Jeannerot pour laquelle : « les membres doivent respecter 9 critères qui touchent à l’interprétation par la sensibilisation à la clientèle sur les milieux naturels, et tout ce qui concerne les pratiques éco-responsable comme le recyclage et la consommation locale ».

En plus de regrouper les entreprises et de servir d’interlocuteur en matière d’aventure et d’écotourisme auprès du ministère du Tourisme du Québec, Aventure Écotourisme Québec a récemment mis en place un fond appelé « Fonds plein air 1% pour la planète  », qui permet aux membres de remettre 1% de leur chiffre d’affaires pour être distribués à des projets, « pour protéger les écosystèmes québécois, principalement aux ONG au Québec comme le GREMM, qui protège les mammifères marins. Toutefois, l’idée principale est que nous défendons pour protéger, restaurer ou améliorer les écosystèmes québécois », estime Stéphane Jeannerot. Par ailleurs, une partie de l’argent récoltée va être réinvestie chez leurs membres pour qu’ils soient accompagnés par des éco-conseillers, pour les aider à mettre en place des politiques de développement durable. 

Sur son site internet, Aventure Écotourisme Québec propose des activités écoresponsables pour tous les types de publics. (Crédit photo : Aventure Écotourisme Québec)

Tourisme durable

Différent de l’écotourisme, le tourisme durable permet lui aussi d’atténuer les effets négatifs de l’activité. Selon Maurice Couture, il s’agit d’un « tourisme qui réussit à préserver son environnement naturel, son patrimoine culturel, qui, au niveau de la qualité de vie des gens et des résidents, est économiquement viable ». Concept plus général, il permet simplement aux touristes de porter une attention particulière à leurs gestes lorsqu’ils voyagent en adoptant des pratiques plus durables. Ce qui le différencie surtout de l’écotourisme, c’est qu’il n’est pas un produit touristique à vendre, mais plutôt une philosophie, estime Monsieur Couture : « Lorsqu’on parle de tourisme durable, il s’agit plus des pratiques telles quelles, ce n’est pas un produit touristique, c’est une façon de développer son produit, son entreprise, sa région, en rendant compte de certains paramètres qui sont comme à l’habitude, qui est un genre d’harmonie entre quelque chose viable économiquement, mais qui protège la nature, qui met en valeur la culture et qui est aussi intéressant pour les résidents ».

Certaines solutions simples existent pour les personnes qui désirent voyager de façon durable, résume le cofondateur de Kokopelli Consultants : choisir les périodes « hors-saison » sont des moments propices pour voyager puisqu’elles permettent de découvrir une destination d’une autre façon. S’y ajoute aussi le respect de la vie privée et de la culture des populations locales et l’adoption de bons comportements environnementaux : « ça peut aller du type de voiture que tu loues quand tu te déplaces, mais c’est aussi tes comportements de base, comme la gestion des déchets par exemple. Si tu as de bons comportements chez toi au niveau du recyclage et des déchets, il faut que tu les traînes avec toi quand tu voyages », illustre Maurice Couture. Pour lui, l’achat local entre aussi en ligne pour avoir des retombées économiques pour les populations locales.

Opter pour des agences de voyages durables

Au Québec, de plus en plus d’agences de voyages offrent des séjours guidés dans plusieurs destinations du monde de manière durable. En voici quelques exemples.

  • Voyages Humania, est une agence québécoise qui se dit « carboneutre » et qui offre des circuits guidés dans plusieurs continents du monde, que ce soit en Asie, en Afrique, en Europe et dans les Amériques. Dans ses circuits, l’agence met de l’avant le respect de l’environnement et des populations des endroits visités.
  • Passion Terre est également une autre agence québécoise basée à Montréal qui offre des voyages avec une vision durable envers l’environnement. Elle permet aux touristes de loger dans des écolodges en nature, tout en ayant de bons comportements pour atténuer les effets négatifs du tourisme.
  • Index Voyage est une agence qui propose à ses clients des circuits conçus sur mesure et qui possède une équipe de conseillers en voyages mobiles pour orienter les personnes qui désirent voyager de manière plus écologique.

Olivier Frégeau

Finissant au baccalauréat en communication publique dans le profil journalisme à l’Université Laval. Passionné de sport et de politique. Voyageur, en amour avec les États-Unis.